FranceAgrimer - FEVS - Taxes américaines : la filière vins et spiritueux attend la concrétisation des promesses du gouvernement

Il y a 1 semaine 21

Le 15 février 2021, les représentants de la filière viti-vinicole ont échangé avec le Premier Ministre, Jean Castex, en présence de M. Denormandie, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, M. Riester, ministre délégué auprès du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, chargé du Commerce extérieur et de l'Attractivité, et M. Griset, ministre dél égué auprès du ministre de l'Économie, des Finances et de la Relance, chargé des Petites et Moyennes Entreprises.

Jérôme Despey, Président du Conseil spécialisé Vin de FranceAgrimer, et César Giron, Président de la Fédération des Exportateurs de Vins et Spiritueux de France, ont rappelé la situation de la filière : une perte de 400 millions d’euros en 2020, qui dépassera le milliard d’euros d’ici la fin de l’année, compte tenu de l’aggravation des sanctions américaines depuis le 12 janvier dernier. Ces pertes sont durables et très pénalisantes car elles supposent d’importantes pertes de marché pour les vins et spiritueux français aux États-Unis.

Jérôme Despey et César Giron ont insisté sur la nécessité de parvenir à un moratoire sur les sanctions actuellement en place, afin de permettre la résolution définitive de ce conflit. Ils ont insisté avec force auprès du Premier ministre sur l’indispensable implication de la France auprès de la Commission européenne. Ils militent pour qu’un contact soit rapidement noué entre la Présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, et le Président des Etats-Unis, Joe Biden, afin d’établir cette suspension bilatérale des sanctions.

Le Premier ministre a déclaré avoir pleinement conscience de la situation que traversent les entreprises exportatrices de vins et spiritueux dans leur ensemble. Il a notamment souligné que la filière connaît une situation totalement spécifique, puisqu’elle cumule les difficultés, d’abord avec les sanctions américaines depuis octobre 2019, puis avec la crise sanitaire ces derniers mois.

Il a conclu la réunion en indiquant que la filière des vins et spiritueux ne devait avoir aucun doute sur la volonté du Gouvernement de régler cette difficulté d’une manière définitive. Dans l’intervalle, il a insisté sur la nécessité de trouver un engagement plus fort de la Commission européenne sur un mécanisme de compensation. Au niveau français, il a affirmé être prêt à des avancées budgétaires.

Au-delà de l’écoute attentive du Premier ministre et des engagements qu’il a pris, la filière des vins et spiritueux attend désormais la concrétisation de ces annonces. Elle souhaite des mesures directement perceptibles par les exportateurs affectés par ces sanctions américaines.

Lire la Suite de l'Article