Jean-Luc Mélenchon - France Insoumise - L’agriculture au service d’une politique de production alimentaire durable

Il y a 4 mois 286

● Instaurer une taxe kilométrique et un prix minimum d’entrée de certains produits agricoles étrangers (dont des fruits et légumes). Concrètement, ne seront admis sur le marché national que les lots dont le prix sera égal ou supérieur au coût de production moyen de ce produit dans les conditions sociales et salariales françaises.
● Le Gouvernement prend un décret bloquant les prix de cinq fruits et légumes de saison. Les prix sont bloqués aux coûts de revient pour les paysans, complétés d’une marge définie pour chaque maillon de la chaîne. La grande distribution se voit obligée de mettre en rayon les produits à prix bloqués.
● Le Parlement interdit immédiatement les néonicotinoïdes et le glyphosate. L’interdiction s’applique également par arrêté ministériel aux produits importés.
● Établir des zones tampons excluant l’usage de pesticides à moins de 200 mètres des habitations et des lieux recevant du public.
● Consacrer 1,1 milliard d’euros par an – contre 550 millions aujourd’hui – à l’agriculture biologique au travers d’une augmentation des aides à la conversion
à l’agriculture biologique et au maintien.

● Créer une caisse de défaisance pour reprendre les dettes agricoles des paysans convertis au 100 % bio.
● Supprimer le budget consacré au label Haute Valeur environnementale (HVE).
● Tripler le budget de la dotation jeunes agriculteurs (DJA) et l’élargir à tous les paysans et paysannes qui s’installent, y compris au-delà de 40 ans. Supprimer la bonification de la DJA relative aux investissements.
● Garantir un minimum de revenu de 1 063 euros nets par mois aux paysans. Le minimum de pension agricole est porté au niveau du Smic revalorisé, soit 1 400 euros nets par mois, y compris pour les retraités actuels.
● Créer des établissements publics fonciers ruraux qui remplacent les Safer. Les établissements fonciers conservent les terres aussi longtemps que nécessaire pour assurer qu’elles sont utilisées pour l’installation de projets agricoles vertueux pour l’environnement et le territoire.
● Augmenter le nombre de lycées agricoles publics.
● Les chambres d’agriculture sont remplacées par des chambres de la production alimentaire : leur gouvernance est revue pour les démocratiser.
Plus d’infos sur son programme agricole : melenchon2022.fr/plans/alimentation

Lire la Suite de l'Article