Réseau Cuma - La rationalisation des frais de mécanisation s’invite à la présidentielle

Il y a 4 mois 277

Cet article de Viti Leaders d'avril 2022 vous est proposé gratuitement et dans son intégralité. Bonne lecture ! Pour vous abonner, RV sur notre e-kiosque.


Onze-mille-sept-cent agriculteurs ont participé à la consultation lancée par le réseau Cuma. « Ils ont formulé eux-mêmes des propositions, sur lesquelles ils ont ensuite voté. Nous restituons ici les idées les plus plébiscitées, qui ont largement alimenté un livre blanc », explique les membres du réseau national des Cuma.
Les propositions ont été soumises aux candidats à l’élection présidentielle lors du Salon de l’agriculture. En voici quelques-unes détaillées.
Pour diminuer les charges de mécanisation qui pèsent sur les exploitations, le réseau Cuma estime que la mutualisation du parc matériel est une vraie solution. Pour encourager les exploitants à sauter le pas, les Cuma proposent « un crédit d’impôt mécanisation collective destiné aux exploitants agricoles membres de Cuma mutualisant un niveau significatif de matériel, il serait basé sur l’engagement d’activité en Cuma entre 2023 et 2027. Il serait limité à 3 000 euros par exploitation et pourrait être valorisé davantage pour un nouvel installé ».
Dans la même logique, le réseau Cuma propose que soit systématisé, dans le parcours à l’installation, un diagnostic de la stratégie de mécanisation.

Le reconditionné aussi éligible aux aides à l’investissement

L’agriculture aussi est dans l’air du temps et les Cuma proposent que les matériels reconditionnés et ré-équipés, « qui se voient donc donner une seconde vie avec une réelle garantie (identique ou supérieure à son état d’origine), puissent être éligibles aux aides aux investissements en agriculture ». Aujourd’hui, seuls les matériels neufs y ont droit.
Concernant les outils permettant de réduire l’usage de produits phytosanitaires, le réseau Cuma suggère de permettre à tous les exploitants agricoles de réaliser un suramortissement à hauteur de 40 % de la valeur d’origine des agroéquipements climatocompatibles, hors frais financiers.
Parmi les mesures demandées par les agriculteurs votant, notons aussi la demande portant sur mise en place d’un guichet unique pour accéder aux aides relatives à la transition agroécologique qui permettrait « de rendre celles-ci plus accessibles et plus lisibles pour les agriculteurs ».

Le matériel, mais aussi l’emploi partagé

Les Cuma sont reconnues pour le partage d’équipements, mais ces dernières peuvent aussi être employeuses de salariés. Les groupements d’employeurs seront une solution d’avenir face aux enjeux démographiques de l’agriculture française. Le réseau Cuma demande donc qu’une aide au premier emploi en Cuma soit créée, à l’instar de ce qui existe pour certaines associations primo-employeuses.

Article paru dans Viti hors-série d'avril 2022

Lire la Suite de l'Article