Vignerons engagés - « La RSE est un engagement volontaire et collectif au quotidien »

Il y a 2 semaines 22

Cet article de Viti Leaders de mars 2021 vous est proposé gratuitement et dans son intégralité. Bonne lecture ! Pour vous abonner, RV sur notre e-kiosque.

Depuis 2019, le label Vignerons engagés a intégré dans son cahier des charges les exigences de la norme ISO 26000 relative à la responsabilité sociétale des entreprises. Cet engagement formel en faveur du développement durable fait de Vignerons Engagés un collectif précurseur dans la filière viticole française. Le président et la directrice de l’association, Pascal Duconget et Iris Borrut, détaillent ce qu’implique la démarche RSE pour les entreprises du collectif.

Pour commencer, pouvez-vous nous donner votre définition de la responsabilité sociétale des entreprises ?

Pascal Duconget : Vignerons engagés est à ce jour le label RSE de la filière vin. Faire de la RSE, c’est faire du développement durable ! Quand on met en place la RSE dans l’entreprise, on s’engage à intégrer les enjeux environnementaux, sociaux et économiques, et ce à tous les niveaux.

Certaines actions relèvent du bon sens. Par exemple, dans la filière viticole, il est désormais normal d’agir pour réduire l’impact de la protection phytosanitaire sur l’environnement, les salariés et les citoyens. Cela passe par le choix des molécules, la qualité de la pulvérisation, le positionnement du traitement au bon moment, l’avertissement systématique des voisins la veille d’un passage…

Mais lorsque l’on s’engage dans une démarche RSE, il faut aller au-delà ; construire sa stratégie d’entreprise et prendre toutes ses décisions opérationnelles à travers le prisme du développement durable. Lorsque l’on souhaite renouveler un tracteur, relooker une bouteille, étendre les horaires d’ouverture du caveau de vente, les dirigeants, avec l’avis des salariés, doivent se demander si l’action est environnementalement, socialement et économiquement bonne. Toujours les trois à la fois.

Cette gymnastique, les trente domaines et caves coopératives membres du collectif Vignerons engagés la font au quotidien. Dit ainsi, cela pourrait presque passer pour une mécanique bien huilée. Mais une démarche RSE exigeante n’est possible qu’avec l’adhésion de tous les collaborateurs.

Iris Borrut : Je compléterais en définissant la responsabilité sociétale des entreprises comme une démarche volontaire. On s’engage dans la RSE non pas par obligation, mais par conviction.

Il y a aussi dans la RSE une notion de progrès, d’amélioration continue. Ce n’est jamais noir ou blanc. L’engagement RSE est une affaire d’équilibre entre protection de l’environnement, valeurs sociales et durabilité économique. La logique est stimulante et valorisante : tout d’abord, on fait un état des lieux de ses pratiques, puis on réfléchit à une stratégie et à des actions qui permettront d’améliorer la durabilité de l’entreprise. Ensuite, les actions sont mises en place, on en mesure les effets régulièrement, et on voit que l’on progresse ! C’est motivant. Cela nécessite d’avoir au préalable réfléchi à des indicateurs. Ce peut être la consommation de fuel, les indicateurs de fréquence de traitements phytosanitaires (IFT), le bien-être des salariés, la part de partenaires et fournisseurs locaux, etc. Avec des données chiffrées, une entreprise peut mesurer et prouver ses progrès. Elle a alors toute la légitimité pour communiquer sur ses bonnes actions.

Tous les membres producteurs de Vignerons engagés sont évalués sur leurs engagements RSE sur les bases de la norme ISO 26000. Pourquoi avoir fait ce choix ?

Pa. D.  : Le cahier des charges des Vignerons engagés est audité et évalué par l’Afnor, un organisme de contrôle indépendant reconnu. Et depuis 2019, il s’appuie effectivement sur la norme ISO 26000, une référence internationale pour évaluer l’engagement des entreprises en faveur du développement durable. Vignerons engagés est le premier label de responsabilité sociétale des entreprises de la filière vin en France.

I. B. : Avec l’Afnor, nous avons construit une grille d’évaluation adaptée aux spécificités des entreprises vitivinicoles. Cela veut dire que nous répondons à la fois aux enjeux globaux liés à la RSE et aux spécificités propres à notre filière viticole. Tous les 18 mois, un audit d’Afnor est réalisé dans chaque entreprise Vignerons engagés. Il permet de mesurer la progression individuelle de chacun. Sur des points de contrôle identiques et selon une grille commune basée sur la norme ISO 26000, un auditeur indépendant les évalue. Au sein du collectif, les membres peuvent ensuite se comparer. Non pas pour se juger mais pour partager leurs bonnes pratiques, progresser ensemble et se tirer collectivement vers le haut. Les valeurs de collectif et d’échange sont très importantes pour nous. Nous les portons par le biais de notre association qui est vivante et qui organise de nombreuses rencontres et animations tout au long de l’année.

Le collectif Vignerons engagés a été fondé à l’initiative de domaines et coopératives productrices de vin. Désormais l’association s’ouvre à d’autres collèges. Qui en sont les membres ? Contrôlez-vous leur engagement dans une démarche RSE ?

I. B. : L’un des principes fondamentaux de la responsabilité sociétale des entreprises est d’être dans l’échange permanent avec ses parties prenantes, c’est-à-dire échanger avec les personnes et les entreprises qui interagissent avec l’entreprise. Nous appliquons ce principe à l’association avec l’ouverture de collèges. Le collège fournisseurs réunit des acteurs de l’amont qui proposent aux vignerons des solutions durables, au chai et à la vigne. Ingévin, Lowatt, Océania, De Sangosse, Verallia et Vinventions ont à ce jour rejoint l’association.

Les membres du collège distributeur commercialisent du vin produit et conditionné par les membres producteurs Vignerons engagés. L’enseigne Match est la première à nous avoir rejoints.

Le collège négoce réunit quant à lui des opérateurs qui achètent en vrac du vin aux membres producteurs Vignerons engagés. Ils peuvent utiliser le label à plusieurs conditions dont celles de réaliser un diagnostic RSE de leur entreprise et d’organiser une formation des équipes au développement durable.

Pa. D.  : Maison Johanès Boubée, la filiale de l’enseigne Carrefour, mais aussi Invivo et le négociant Barton & Guestier sont les trois premiers négoces à collaborer avec Vignerons engagés. Pour Invivo et Barton & Guestier, des références de leurs gammes faites à partir de vins de Vignerons engagés porteront le label. C’est un gage de confiance mutuelle. Ils croient en la pertinence de notre démarche et permettent de la faire rayonner auprès d’un public plus large.

Info +
D’après une enquête BVA1, 50 % des entreprises engagées en RSE depuis plus de cinq ans ont renforcé leur chiffre d’affaires et leur rentabilité grâce à la RSE !
(1) Enquête institut BVA et en partenariat avec Les Échos Executives, en septembre-octobre 2019 auprès d’organisations actives en matière de RSE, par enquête online et interviews téléphoniques. Échantillon de 408 interviews complètes, dont un tiers d’organisations labellisées par Afnor Certification.

Article paru dans Viti 459 de mars 2021

Lire la Suite de l'Article