Certification - Label Haie valorise l’entretien durable des haies

Il y a 1 semaine 40

Cet article de Viti Les Enjeux de mai 2021 vous est proposé gratuitement et dans son intégralité. Bonne lecture ! Pour vous abonner, RV sur notre e-kiosque.

Le Label Haie a été créé pour construire des filières économiques locales autour de la haie bocagère. La certification garantit aux acheteurs une origine locale et une rémunération équitable des agriculteurs.

Pour endiguer l’érosion bocagère et sauver les haies en France, des agriculteurs et leurs structures de valorisation du bois, appuyés par le réseau d’experts de la haie, Afac-Agroforesteries, ont initié, avec le soutien financier de trois Régions et cinq groupes d’action locale (GAL), une certification pour préserver les haies.
Lancé officiellement en 2019, le Label Haie est une certification des bonnes pratiques de gestion des haies par les agriculteurs. Il définit avec précision les principes de gestion durable des haies. Mais cette certification garantit aussi les bonnes pratiques des distributeurs de bois bocager. Avec ce label, l’acheteur final, par exemple une collectivité, a la garantie que le bois qu’il brûle dans sa chaudière à plaquettes est d’origine locale et durable.
C’est le cas de la communauté de communes de Lannion-Trégor. Depuis plusieurs années, les élus ont la volonté de développer les énergies renouvelables et surtout la biomasse. Les besoins sont conséquents et sont amenés à se développer, passant de 5 000 tonnes de bois plaquette à bientôt plus de 10 000. Pour s’assurer d’un approvisionnement en bois bocager et de la pérennité de la ressource, la collectivité consent à payer plus cher les plaquettes en bois Label Haie. En contrepartie, Lannion-Trégor Communauté, comme les autres collectivités impliquées dans la démarche, a l’assurance que les plaquettes permettent de rémunérer à juste prix les agriculteurs.

Des haies source de revenu

« Le bois et les haies font partie de mon assolement, revendique Gabriel Lirzin, éleveur laitier céréalier dans les Côtes-d’Armor. Mon exploitation de 260 ha compte 50 km de haies ! Chaque année leur entretien génère entre 100 et 300 tonnes de bois, vendues à la SCIC Bocagénèse. De ce que bon nombre d’agriculteurs considèrent encore comme un déchet, je tire un chiffre d’affaires pouvant aller jusqu’à 15 000 euros par an. L’intérêt financier est plus important si je prends en compte le bois défibré que je produis et qui vient se substituer à la paille traditionnellement utilisée pour la litière des vaches. La certification Label Haie constitue une chaîne de valeur économique, écologique et politique. En achetant des plaquettes certifiées, les élus montrent la cohérence de leurs politiques. Le maintien des haies sur mon exploitation est une source de revenu et l’entretien durable demandé me permet de conserver des haies en bon état. Fini le lamier ! Celui que j’avais utilisé pendant douze ans est remplacé par la tronçonneuse. Les coupes sont nettes, la régénération est meilleure. Ce travail est mis en lumière grâce au Label Haie. »
La boucle est bouclée !
 

L’initiative est partie de Bretagne, Normandie et Pays de Loire. Label Haie est désormais une certification nationale. Son objectif ? Préserver les haies, tout en développant des filières « bois bocager durable ». En effet, 100 m de haies peuvent produire annuellement 1 à 2 tonnes de bois. « Les haies ne doivent plus être perçues comme une charge ou un manque à gagner, elles doivent s’inscrire comme un nouvel atelier de production agricole », témoigne un des agriculteurs certifiés
en Normandie.

Article paru dans Viti Les Enjeux n°34 de mai 2021

Lire la Suite de l'Article