Die - Un crémant qui peine à exister face à la clairette

Il y a 8 mois 494

Premium

À Die, qui pense vin effervescent, pense clairette. C’est oublier le crémant de Die, dont la création remonte pourtant à 1993. Trente ans plus tard, environ 200 000 bouteilles sont vendues chaque année. Dans l’esprit de Fabien Lombard, président de l’ODG qui regroupe tous les vins du Diois, tout est clair : « Nous avons un vin fruité et doux avec la clairette et un brut avec le crémant. » Dans les faits, tout n’est pas si simple, car, au milieu, coexiste une clairette brute, dont le marché (3 000 hl) se maintient d’année en année. Une situation complexe pour le consommateur. Et pour les...

Pas encore abonné ?
Découvrez la richesse de nos contenus : 
nous vous offrons 7 jours de lecture gratuite sur le site. 
Pour en bénéficier gratuitement, inscrivez-vous ici !

Je m'inscris 

vtlead415_01_couv_bis.jpg
Vous préférez accéder à tous les articles en illimité et recevoir votre magazine chez vous. 
Découvrez nos offres d'abonnement

Je m'abonne

Lire la Suite de l'Article