Formation - Ne perdez pas vos heures DIF !

Il y a 4 semaines 96

Cet article de Viti Les Enjeux de mai 2021 vous est proposé gratuitement et dans son intégralité. Bonne lecture ! Pour vous abonner, RV sur notre e-kiosque.

Avec la Covid-19, les pouvoirs publics ont accordé à tous les salariés un délai de six mois pour saisir leurs droits DIF sur leurs comptes personnel de formation. La date limite est fixée au 30 juin 2021.

Depuis janvier 2015, le droit individuel à la formation (DIF) a été remplacé par le compte personnel de formation (CPF). Le report des heures de DIF cumulées n’est pas automatique. Mais individuellement, chaque salarié du secteur privé est en droit d’activer son compte personnel de formation et d’y entrer ses heures DIF. « Pour les personnes qui ont travaillé l’équivalent de six années à plein temps entre 2004 et 2014, les heures DIF représentent jusqu’à 1 800 euros d’heures de formation, indique Leanne Dawson, responsable pédagogique en formations linguistiques chez ACB-Ilo langues1. La manipulation informatique pour faire valoir ses droits est simple, et elle peut être l’occasion d’activer son compte personnel de formation sur le site Internet moncompteformation.gouv.fr. »
Pour avoir accès à son nombre d’heures DIF cumulées, il existe plusieurs solutions. « L’information se trouve sur le bulletin de salaire de décembre 2014 ou de janvier 2015. Si ce n’est pas le cas, le salarié est en droit de demander une attestation DIF à son employeur de l’époque. En cas de chômage à ces dates, il faut se référer à son dernier employeur de l’époque. Enfin, si l’entreprise n’existe plus, il est possible de faire une déclaration sur l’honneur auprès de la Caisse des Dépôts, renseigne Leanne Dawson. Mais passé le 30 juin 2021, les heures DIF non enregistrées seront définitivement perdues. Ce sont des droits à la formation acquis qui disparaissent. Avec eux, pourtant, il est possible de se former en langues, en bureautique, en POA, pour citer les formations certifiantes que propose ACB. »

Se former sur son temps libre ou de travail

En plus de ces exemples de formations éligibles, la liste des possibilités est conséquente. Les permis, le WSET, des formations à la traction animale, à la poterie ou bien encore à la couture, en passant par des stages de forge comme de coutellerie, peuvent être financés par les droits à la formation.
Ces formations peuvent être conduites sur le temps de travail ou sur son temps libre. Sur le temps de travail, l’employeur peut orienter le type de formation avec l’accord du salarié. Si la formation est conduite sur son temps libre, le salarié n’a pas à avertir son employeur de ses choix. S’il n’a pas assez d’heures cumulées pour attendre l’objectif de compétences qu’il s’est fixé, il lui est possible de compléter lui-même le montant de la formation. Il peut aussi faire une demande à son employeur. Prochainement, les employeurs pourront abonder volontairement le compte de formation de leurs salariés, Pôle emploi pourra faire de même pour les demandeurs d’emploi.


(1) Dans chaque numéro de « Viti Leaders », retrouvez une leçon d’anglais viticole construite par Leanne Dawson d’ACB-Ilo langues.

Article paru dans Viti Les Enjeux n°34 de mai 2021

Lire la Suite de l'Article