Vigneron du monde - Liban - Des vendanges précoces, plus courtes et à récolter en légère sous maturité

Il y a 1 semaine 50

Nous avons commencé les vendanges le 8 août cette année au domaine pour finir le 13 septembre. Même les cabernets francs étaient prêts fin août. Les cépages tardifs ne le sont pas autant ! De plus en plus fréquemment, la durée de vendanges tient sur 20-25 jours, là où, à mon début de carrière, nous avions l’habitude de les faire sur 30-35 jours. On commence plus tôt et il faut avancer vite pour éviter l’épisode caniculaire qui semble devenir la norme en septembre.

Les derniers raisins rentrés présentaient un degré potentiel de 15,5 degrés d’alcool et une acidité totale inférieure à 3,2 g/l. Heureusement qu’en assemblage, les autres jus magnifiques vont donner des très bons équilibres. C’est un millésime sublimissime en qualité et en quantité, avec + 35 % par rapport à 2021, ce qui en fait une année très généreuse. Tout est bon, mais il fallait récolter en légère sous-maturité phénolique pour en profiter, avec 75 % de pépins lignifiés et 25 % de pépins verts et un potentiel d’alcool de 13 degrés.

Pour la vinification, ce choix n’est pas sans conséquence. Le pilotage de l’extraction sur les rouges n’est pas consensuel. Il faut goûter vraiment tous les jours pour ne pas extraire de vert et d’amer par trop de remontages. Pour mes syrahs, par exemple, j’ai mené le début des vinifications à plus hautes températures que d’habitude, 26 °C au lieu de 23 °C, et j’ai arrêté totalement les remontages à 1030 de densité. Il ne fallait pas plus.

Le raccourcissement chronique de la période de récolte impacte bien sûr l’organisation. Pour bien travailler, j’ai besoin de plus de main-d’œuvre. De 210 cette année, il faudrait passer à 260 en 2023. Or, vous savez qu’il est très difficile de trouver des saisonniers agricoles au Liban depuis la guerre en Syrie. Au domaine, nous faisons tout notre possible pour fidéliser ceux qui travaillent à nos côtés, par le salaire, les avantages nature, la durée des contrats. Même dans ces conditions, le recrutement est une mission. L’avancée des vendanges rajoute une contrainte : le chantier tombe en même temps que celui de la récolte des pommes de terre et des oignons. Les filières agricoles libanaises en difficultés se retrouvent en concurrence entre elles… Il nous est impossible de recruter de la main-d’œuvre étrangère pour diverses raisons législatives.

Alors de plus en plus, au château Kefraya, on envisage un virage pris par d’autres : la machine à vendanger. 50 % des 300 ha sont mécanisables. Des machines low tech nous permettraient de pallier le manque de main-d’œuvre (et pas à son coût) et aussi à vendanger la nuit.

Dans la plaine de la Bekaa, à 1 000 mètres d’altitude, s’étendent les 300 ha de vignes du château Kefraya. Fabrice Guiberteau est le directeur technique de cette propriété familiale qui se singularise par la mise en avant des terroirs et des cépages.

Lire la Suite de l'Article