Vigneron du monde - Suisse - Cet été, même en Suisse, l'irrigation des vignes a compensé le manque de pluie

Il y a 1 mois 759

Reynald Parmelin est à la tête de La Capitaine, domaine familial de 25 ha situé à Gland en Suisse, à 30km de Genève. Il produit en bio et biodynamie des vins rouges (45%) et blancs (55%) issus de 21 cépages distincts.

Cette année, nous avons commencé les vendanges au domaine La Capitaine le 28 aout pour les cépages comme le pinot noir et le johanniter, un hydride résistant. Un record absolu de précocité ! Nous nous sommes arrêtés une semaine, puis nous avons repris, le gros de la vendange a démarré le 12 septembre, ce qui correspond à trois semaines d’avance par rapport à la moyenne habituelle. Nous avons terminé le 26 septembre, ce qui est aussi notable, car nous finissons jusqu’alors toujours de récolter en octobre.

Avant on vendangeait "au sucre", maintenant on vendange de plus en plus "à l’acidité". Mais cette année, la décision de récolte a surtout été basée sur la maturité des pépins, qui étonnamment, était un peu limite et que nous avons dû attendre. L’acidité était mieux que prévue. La quantité et la qualité sont au rendez-vous, malgré le fort déficit hydrique cette année dans le Jura suisse. Nous avons en effet de la chance: 90% de nos vignes sont irriguées par un système de goutte à goutte. Nous avons donc pu compenser le manque d’eau très marqué cette année, avec seulement deux pluies enregistrées entre le mois d’avril et la mi-septembre. Visuellement je n’avais d’ailleurs jamais vu le paysage aussi brun, y compris sur les reliefs, toutes les herbes étaient brulées. Nous avons effectué 2 à 4 apports (soit 15 l/m2 tous les 10 jours en commençant en avril, avant la floraison) d’eau selon les parcelles. Ce qui est également un record : même pour les années séchantes comme 2018 et 2020, nous n’avions pas irrigué autant. Et avec le recul nous aurions dû faire 4 apports sur toutes les parcelles. Cet apport d’eau a permis une bonne floraison de la vigne et d’obtenir qualité et quantité.

Nous vendangeons moitié du domaine à la machine et moitié manuellement notamment sur les secteurs trop pentus et pour des cépages comme le sauvignon ou certains rouges haut de gamme que nous ne souhaitons pas faire à la machine; avec nos équipements la vendange manuelle reste plus propre.

Notre vignoble est en majeure partie mécanisé avec un écartement de 2m entre les rangs et 80 cm entre les ceps. Comme pour toutes les années sèches, nous avons constaté des déficits très importants d’azote dans les mouts, surtout en blanc. Et avec la chaleur, très forte, même la nuit, nous avons dû rentrer en cave des mouts chauds, mais heureusement nous sommes  bien équipés de systèmes de thermorégulation des cuves. L’année est exceptionnelle en qualité comme en quantité, et tous les voyants sont au vert pour de belles vinifications.

Lire la Suite de l'Article